Club de Vol à Voile de Saône et Loire  logo cvvsl

A propos du club


Le CVVSL (Centre de Vol à Voile de Saône et Loire) est une association régie par la loi de 1901, affiliée à la FFVV, agréée DGAC
et J&S.
Le CVVSL opère depuis l'aérodrome de la forêt (LFGN) à Paray le monial, où il dispose d'un remorqueur MS893E et de 5
planeurs (K13, K8b, Janus C, Astir, LS3a).

Il est l'unique club de Saône et Loire pratiquant le vol à voile.

Il effectue 300 à 400 heures de vol par an, dont un tiers lors de stages en montagne et un quart en instruction.

De nombreux membres du CVVSL ont fait carrière dans l'aviation : pilotes de chasse, pilotes de ligne, instructeurs.


LE VOL A VOILE: UN SPORT POUR TOUS

Qui n’a jamais rêvé de voler ?

De tous les sports aériens, le planeur est sans conteste le meilleur moyen d’accéder au plus vieux rêve de l’homme : voler !

Piloter un planeur, c’est pratiquer un sport qu’on appelle «vol à voile». Un nom évocateur pour désigner le vol silencieux en toute liberté, poussé par les courants aériens.

Le vol à voile est résolument un sport au goût du jour : en moins de dix minutes, un avion remorqueur décolle et monte le planeur à 500 mètres au-dessus du sol, en consommant moins de cinq litres d’essence ! Avec un peu d’expérience, le pilote de planeur peut alors exploiter les courants ascendants pour se maintenir en l’air, monter beaucoup plus haut et parcourir des dizaines, voir des centaines de kilomètres durant des heures.

La liberté totale, avec pour seul bruit le chuintement de l’air sur le fuselage et les ailes. Un mariage parfait avec la nature !

Pour preuve, au détour d’un nuage, il n’est pas rare de rencontrer des buses, ces majestueux voiliers des airs guidant les planeurs vers les meilleurs courants ascendants.


PILOTER UN PLANEUR, C'EST TRES FACILE

Contrairement aux idées reçues, le pilotage d’un planeur, proche de celui d’un avion, n’a rien de compliqué.
Dès l’âge de quatorze ans, il est possible d’apprendre à piloter en suivant des cours théoriques et en effectuant une vingtaine d’heures de vol à bord d’un planeur biplace, en compagnie d’un instructeur diplômé, qui conduira progressivement son élève à la parfaite maîtrise du planeur et de son environnement, jusqu’au «lâché» en solo.

Un élève motivé volera de ses propres ailes après un mois de formation.

Mais là n’est pas l’aboutissement du vol à voile, bien au contraire… Si le jour du premier vol seul à bord d’un planeur est un grand moment, chaque vol est par la suite l’occasion de progresser, de parfaire son pilotage et d’exploiter de mieux en mieux les courants ascendants et la météo pour aller toujours plus loin, sous la vigilance et les conseils avisés des instructeurs et du chef pilote.

Très vite, le jeune pilote se sentira un peu à «l’étroit» autour de l’aérodrome qu’il n’ose perdre de vue. Il devra alors compléter sa formation par l’apprentissage du vol sur la campagne : franchir le pas, quitter le local rassurant de l’aérodrome de départ et oser s’élancer vers de nouveaux horizons avec le risque de ne pas toujours pouvoir revenir à son point de départ.

Mais qu’importe ! Un atterrissage en pleine campagne est un fait courant et un planeur n’a besoin que de quelques centaines de mètres de champ ou de prairie dégagée pour se poser en toute sécurité. Les planeurs sont conçus pour être facilement et rapidement démontés – une quinzaine de minutes suffit – et être placés dans des remorques pour les ramener par la route à bon port.

Comment ça marche ?

Le planeur est plus lourd que l'air. Il descend donc toujours (relativement à l'air). C'est la faute à Newton et la gravitation universelle. Si le planeur se trouve dans une masse d'air qui monte plus vite qu'il ne descend, globalement il monte. Dans notre région, nous montons jusqu'à 2000 m environ. En montagne, nous montons beaucoup plus haut, jusqu'à 4000, 5000 m. Un vol en planeur est donc une succession de montées dans des zones d'air chaud, et de descentes (ou « transitions ») pour rejoindre un point éloigné. Nous arrivons ainsi à boucler des circuits de 100, 300, voire 500 km, au cours de vols de 2 à 5 ou 7 heures. Les pilotes de planeur volent beaucoup (20 à 200 h par an).

Et si ça ne marche plus ?

Le pilote doit toujours se maintenir à proximité d'un terrain où il pourrait atterrir au cas où les ascendances se tariraient. Normalement, c'est un terrain d'aviation, mais cela peut aussi être un champs (on parle alors de « vache »), pourvu qu'il ait les dimensions (environ 300m) et un état convenable (pas de vigne !), pour assurer un atterrissage en toute sécurité. Les pilotes sont formés à cela.

UN SPORT D'EQUIPE

          Le pilote de planeur est souvent seul à bord, mais le vol à voile n’en est pas pour autant un sport individuel : c’est un véritable sport d’équipe où toute l’activité repose sur l’esprit de camaraderie et d’entraide. Comment voler sans l’aide d’une équipe pour aider à la sortie du planeur du hangar où il est stationné, pour le mettre en piste, pour l’accompagner dans les premiers mètres de son décollage… Ou aller le rechercher au beau milieu d’un champ quelques heures plus tard !

LA SECURITE AVANT TOUT

Le vol à voile est un des sports les plus sûr. Cette sécurité a un prix : celui de la rigueur, car en vol, le hasard n’a pas sa place. La sécurité est omniprésente. Lors de la formation, l’élève apprendra à reconnaître une situation pouvant devenir dangereuse, et comment l’éviter. Il apprendra aussi les manœuvres de sécurité lorsqu’il se trouve dans une phase de vol anormale. Looping et autres acrobaties sont totalement interdits.
La sécurité passe également par le matériel. Avion remorqueur et planeurs du Centre de Vol à voile de Saône et Loire sont parfaitement entretenus et soumis à de fréquents contrôles effectués par les organismes officiels (GSAC/VERITAS).


LE CENTRE DE VOL A VOILE DE SAONE ET LOIRE
        Unique en Saône et Loire, le C.V.V.S.L. est un des cinq clubs de Bourgogne où se pratique le vol à voile.
L’activité vol à voile a débuté en 1967. Nombreux sont d’anciens élèves du C.V.V.S.L., aujourd’hui commandants de bord sur AIRBUS ou pilotes de MIRAGE 2000.

Le vol à voile est sans doute la meilleure école de pilotage.




Les membres du bureau :


Président : E. Favier

Vice-Président : JM. Courrier

Trésorier :  R. Demas

Secrétaire :  J. Malosse

Trésorier adjoint : G. Beaud

Responsable technique : Y. Soudit

Responsable communication : S. Bonnefoy

Membre : P. Breuil